ACCUEILnichole@ouellette001.com

Dernière page éditée, dernière mise à jour

ouellette001.com

GALERIE D'ART ART DE VIVRE AU QUÉBECPAPIERS PEINTSRACINES ET SENTIERSREGARDS DES PETITES PERSONNESQUÉBEC EN PHOTOS

Nichole Ouellette

présente

Chouchous du coq à l'âne

Arrêter le feu
Attelages de cheval
Balançoires et berceuses
Barrage sur la Batiscan
Bonheur printanier
Botaniste-bibliothécaire
Dehors !
De la rhubarbe
Fruits de la réflexion
Gomme de sapins
Grands dossiers
Herbe à chat
Introduction
Le beau lama Simba
Le dernier gardien de l'ïle
Le gobelet de métal
Les paroles manquantes
Lord Jonas
Margoulette
Mitaines de laine
Moi, j'ai 12 ans
Noël Noël Noël
Noël Noël Noël
Passage à l'an 2000
Passage à l'an 2000
Passage à l'an 2000
Publications 1997-1998
Publications 1999
Publications 2000
Père de famille
Placoteuse du village
Question sur la tourbe
Quétainement
Ramancheurs
Rigodon au plafond
Tant que tu seras là
Tarte aux pommes
Temps des sucres
Trails au Québec
Trottinette et dix roues
Truitonne joyeuse

ouellette001.com

Accueil
Art de vivre au Québec
Info et services
Photos 1280 px et +
Québec en photos
Racines et sentiers
Regards d'enfants
Dernière page éditée

Art de vivre au Québec
Chouchous du coq à l'âne

Sur cette page

Quétainement

Moi aussi Nichole, je me sentirais outré, à votre place, de l'exploitation si bassement (et quétainement)  commerciale, et en outre avilissante pour la femme, de la nouvelle orientation, complètement inattendue, de Planète Québec.

Le message qu'elle véhicule auprès du public, c'est que PQ ne serait plus maintenant qu'une façade de Boutique Planète... Et ça c'est triste.

André Phaneuf, samedi 12 septembre 1998
au site  AGENA VILLAGE
Hatchepsout, Nefertiti, Toutankhamon,
Nefertari, Cléopatre, Nafren, Evita... et le Journal
http://www.microtec.net/~aphane

Des dates

Érotisme et pornographie reliés aux enfants

Je trouve moi aussi qu'on dirait que l'on veut corrompre nos enfants dès le plus bas âge. Tout se met de la partie à cet effet.

Je me demande comment un enfant peut grandir et être tout à fait sain de nos jours quand il peut voir toutes sortes de scènes de "cul" (soit disant d'amour) à la TV, et ce à la journée longue presque, sans compter les scènes de violence gratuite qui pleuvent sur nos écrans. Il peut certainement en venir à considérer que les actes que ces scènes de toutes sortes montrent sont tout à fait acceptés en n'importe quel temps et lieu par la société puisqu'ils sont montrés à la TV, à la vue de tous, et que personne ne s'en offusque. Cela doit être très difficile pour ces enfants, surtout les plus jeunes, de discerner la fiction de la réalité.

 

C'est mon opinion. D'ailleurs si on demandait aux gens ce qui est mal de nos jours, combien pourraient répondre à cette question? J'ai l'impression que sous prétexte de "la sacré-sainte liberté d'expression ou liberté tout court" tout absolument tout est accepté par beaucoup. La question est jusqu'où sera ira-t-il? Y-t-il une limite à cette expansion?

Colette Saint-Arnaud, le vendredi 11 septembre 1998.

Multimédium

  • Planète Québec un site de cul ? (98-09-11)

  • Planète Québec au bord de la crise de nerfs

  • Érotisme et enfants font-ils bon ménage?

donnez votre opinion : @

À propos de la liberté d'expression

Monsieur Richard Johnson, président de PQ, CC NO. Je ne me prononce pas sur le débat en cours dont le sujet est votre boutique galante. Par contre j'ai lu votre réaction dans la chronique de Madame Ouellette.
PasMouton.htm

et j'aimerais réagir au texte suivant, tiré de votre lettre dans laquelle vous vous adressez à Nichole Ouellette. "Solution : Comme je ne veux ni t'offenser, ni te rendre malheureuse, ni te mettre dans une situation où tu te sentirais inconfortable, on a deux choix

  1. On arrête immédiatement, aujourd'hui même, toute mention de ta chronique sur les enfants dans PQ.
  2. Plus radicale. On coupe toute collaboration. Aujourd'hui même Nichole Ouellette ne collabore plus à PQ.
En ce qui me concerne, c'est une tempête dans un verre d'eau.
Et je ne veux plus en parler.
J'aimerais avoir une réponse aujourd'hui.

Bye
Richard Johnson, président de Planète Québec
mercredi 9 septembre 1998."

Je suis moi-même journaliste Internet et, comme vous, je défends la liberté d'expression sans entraves, dans le réseau des réseaux. Voilà pourquoi je m'étonne de votre ultimatum. Votre collaboratrice a :
  1. Exercé son droit à la liberté d'expression.
  2. Fait réagir vos lecteurs et rien n'est plus important que de connaître l'opinion de notre clientèle.
  3. Fait, entre votre faveur, contre son gré, de la publicité pour votre site. Et comme on le sait, pub bonne ou mauvaise, c'est de la pub !

Pourquoi donc lui faire ces menaces ?
Ne devriez-vous pas plutôt la féliciter, lui donner même une place plus grande dans votre équipe?
Passez donc de l'autocratie à la démocratie !

Bien à vous,
Martine Bordeleau, Webmestre et journaliste
Winnipeg, Manitoba
vendredi 11 septembre 1998.

Liberté d'expression VS  Morale Vs Business

Bonjour! (Cc: Mme Ouellette, M. Johnson et M. St-Denis)
Je vais me permettre, même si je suis absolument certain que vous en avez tous marre d'en entendre parler, d'ajouter ce que je pense, moi, un jeune de 19 ans qui lit assez fréquemment Planète Qc et qui considère avoir une expérience de vie solide.

Il semble que la question d'éthique dérange beaucoup Mme. Ouellette. Il est assez difficile effectivement de faire preuve de discernement dans tous ça. Des images pornographiques, les jeunes, bla bla bla. Bon, une chose est clair, les jeunes d'aujourd'hui qui ont un accès à l'Internet peuvent facilement trouver de la pornographie sur l'internet. J'avais 14 ans quand j'ai commencé à naviguer sur le net et déjà je pouvais trouvé toute sortes de photo allant de la pédophilie, la bestialité et le Sado-masochiste et ce sans même vouloir le chercher. Alors malheureusement, les ados et jeunes curieux n'ont qu'a "tapper" xxx, sex ou cul pour trouver une panoplie d'images allant de toutes les fantaisies. Alors l'accès à ce genre de matériel est ont ne peut plus facile.

Là où c'est compliqué, c'est l'accès sur Planète Quebec. En 2 clic, on se rend facilement à la boutique galante. Bon, on se défend, on indique que ces livres sont facilement disponible partout. Eh bien ils ont raison vous savez, un simple saut chez Champigny au 2ième étage, et vous verrez qu'il n'est pas rare de voir des jeunes en 10 et 15 ans en face de cette section, ou carrément assis sur un banc (Placé en avant de cette section) en train de lire les milles et Une positions du Kama Sutra... Et ça fait longtemps que ça dure, mais personne ne semble s'en occuper.

Belle bataille à finir pareil je trouve, Liberté d'expression VS  Morale Vs Business...

Ce que j'en pense? Cette boutique est peut-être un peu facile d'accès, mais je crois qu'un simple ajout d'une entre-page sous forme de DISCLAIMER aiderait beaucoup, dans le genre: Attention cette section peut offenser certaine personne. Je suis d'accord avec vous que les gens vont s'en foutre peut-être, mais la question moral serait au moins assouvi en petite parti.

Ce que je trouve tous à fait déplorable par contre, c'est l'attitude générale. Mme Ouellette, j'ai 19 ans. Encore bien jeune. Et je ne peux même pas comprendre comment vous avez pu écrire ce texte sans consulter vos patrons pour au moins exprimer vos idées. Cette manière de faire est selon moi immature et digne d'un adolescent en pleine crise d'identité! I l y a une manière de faire passer le message dans la vie, et je crois qu'il y en a mieux que celui que vous avez utilisez. Je ne sais pas qu'elle était la relation de confiance entre vous tous, belle image d'une équipe.

Si vous menez combat contre la situation ici, j'espère au moins que vous avez assez de respect envers vous même pour écrire et dire vos opinions à l'éditeur du Devoir, dont un de ces journalistes a écrit un texte élogieux sur un livre sur la sexualité (Avec photo), et également aller porter plainte chez Champigny, où la lecture de ces livres érotique avec photo est permise sans aucun avertissement... Et la responsabilité des parents là-dedans??? Je vois à tous les jours moi des enfants à l'école (Et surtout que je l'ai terminé y'a pas si longtemps) des parents qui ne parle pas de sexualité à leurs enfants, laissant cette responsabilité au "cours" de Formation Personnel et Social des écoles secondaires. La majorité des jeunes rient de ces cours là et suivent leurs cours de "sexualité" par influence de d'autres jeune. Est-ce un fléau? Vu la prolifération des jeunes filles enceinte et des MTS, oui je le crois. Mais quoi là? Vous croyiez vraiment qu'on va empêcher ça en boycottant Internet? Avant même que je connaisse Internet j'en entendais parlé et les communications entre ordinateurs étaient alors limité au BBS. La sexualité est une chose qui peut-être très bien en soi mais très mauvaise si mal éduqué. Et malheureusement trop de parents confient cette éducation à la société, alors que ça serait leur travail. On aura beau travailler pour limité les moyens de la visualisation de scène érotique autant à la Télévision que sur le Net, rien ne remplacera l'éducation des parents. Je ne les blâmes pas tous, loin de là, j'ai été chanceux moi d'avoir toujours eu l'information, mais les parents devraient prendre les devants plutôt que d'attendre les questions.

Attention, je ne met pas le blâme sur eux, quand même, l'éducation tout court est déjà assez difficile comme ça. Mais un jeune informé par ses parents sur la vie ira bien plus loin que par les influences de d'autres jeunes ayant eu des expériences personnelles. Voilà pour l'aspect sexualité, voilà pourquoi je trouve votre réaction tout à fait déplacée.

Et pour terminer (Enfin me direz-vous), je ne sais pas ce que vous avez pensé et quel était réellement le but de votre lettre. De la Pub? Enfin, si c'est le cas, consolez-vous que ça ait fonctionner, je ne vous connaissais pas avant! A la fin de votre chronique, vous indiquez: "je recherche des commanditaires et/ou un mécène. Enfin je vous laisse juge de déterminer le meilleur moyen de les attirer ces mécènes...

Avec mes respects!
Eric Poulin, Le Groupe CGI Inc.
le vendredi 11 septembre 1998

Ps: Ceci sont mes opinions personnels, n'engagement que moi et reflétent une vision EXTÉRIEUR que j'ai de la situation après avoir fait le tour des commentaires et des articles... Je ne connais aucun d'entre-vous, et je n'ai pas de parti pris, j'ai utiliser l'éducation que j'ai reçu de mes parents et de mon expérience de vie pour y répondre. Et pour terminer, veuillez excusez la qualité de mon français écrit, il s'agit d'une énorme lacune chez moi.

Chroniqueure culturelle

Paraît-il que tu as envoyé ta lettre de dénonciation à tout le monde!!!  Eh bien je fus épargnée... C'est en cliquant sur la Une de Planète Québec que je tombe des nues dans cette histoire de Boutique Planète.

Et bien voici mon opinion en tant que chroniqueure culturelle - on peut dire que je tombe en plein dans la tarte à la crème, n'est-ce pas?

  Tout d'abord, je tiens à dire que je ne travaille pas bénévolement pour Planète Québec mais CHEZ Planète Québec.  Je travaille CHEZ Planète Québec POUR les lecteurs de Planète Québec.  Je veux,  par ma chronique, que je fais en toute candeur et remplie de la flamme de l'enthousiasme, montrer aux lecteurs et lectrices la culture qui est à la portée de tous.   Oui, on peut aller dans les Musées et ça peut être très intéressant et pas juste pour l'"élite cûltûrelle".  Oui on peut aller au cinéma et voir des films songés ou des Kong Fu.  Oui on peut lire des livres de sexe si on en a le goût et  de la littérature québécoise ou étrangère.   Moi je ne présente pas de livres de sexe parce que je ne crois pas que ce soit ma mission et que je n'en ai pas le goût non plus.  Et de plus,  je crois qu'il y a tellement de beaux et merveilleux livres à lire que c'est de ceux-là que je veux parler.  Oui, on peut aller au concert même si on ne connaît pas la musique classique par coeur et les auteurs et les noms des pièces et les musiciens... la musique c'est pour les oreilles aussi et entendre certaines pièces peut apporter beaucoup de plaisir.

  Quand j'ai vu la Boutique de Planète je suis allée voir un par un les sites.  A Boutique Galante, je me suis dit: "Bon, ici on parle de sexe!"  J'avais pas besoin d'un dessin pour savoir que j'y trouverais  ce genre de lecture.  Je m'attendais même a y retrouver d'autres choses exotiques... J'y suis allée et j'ai vu et j'ai refermé.  C'est tout.  Et je suis certaine que si Planète veut vendre une autre sorte de littérature, elle ne la placera pas dans sa Boutique Galante, mais dans une nouveau site genre La Librairie de Planète.  Je ne crois pas que les gens qui cherchent morbidement des images sexuelles vont se précipiter sur Planète Québec, de même que les petits enfants qui voient chez eux, dans leur propre salon des images beaucoup plus provocatrices que celles-ci.

  Que tu m'associes à une magazine qui vend des livres sexuels et qui à ce moment-là devient méprisable pour toi  ne fait pas de moi une moins bonne chroniqueure dans ce que j'écris.  Et j'espère sincèrement que les gens qui viennent lire ma chronique passent quelques belles minutes et ont SURTOUT envie de participer à la vie culturelle qui est PARTOUT au Québec.  C'est ça le message que je veux livrer moi.

DANS LA CULTURE, IL Y A DE TOUT ET POUR TOUS....  ET C'EST AVEC CE  RESPECT DE LA PARTICULARITÉ DE CHACUN  QUE J'ESSAIE DE COMPOSER.

Louise Turgeon, chroniqueure culturelle chez Planète Québec
LOULOU autour de la Planète
http://www.planete.qc.ca
le vendredi 11 septembre 1998.

Chouchous ?

chaque semaine, je publie de nouvelles chroniques dans :

ART DE VIVRE AU QUÉBEC
REGARD DES PETITES PERSONNES.

Si vous désirez être informé des parutions au sortir de l'œuf , il suffit de m'écrire un mot. Des secrets, des détails supplémentaires accompagnent mes messages. Je les réserve pour mes correspondants. Ce sont mes chouchous.

nichole ouellette

Chouchous, du coq à l'âne

Arrêter le feu ] Attelages de cheval ] Balançoires et berceuses ] Barrage sur la Batiscan ] Bonheur printanier ] Botaniste-bibliothécaire ] Dehors ! ] De la rhubarbe ] Fruits de la réflexion ] Gomme de sapins ] Grands dossiers ] Herbe à chat ] Introduction ] Le beau lama Simba ] Le dernier gardien de l'ïle ] Le gobelet de métal ] Les paroles manquantes ] Lord Jonas ] Margoulette ] Mitaines de laine ] Moi, j'ai 12 ans ] Noël Noël Noël ] Noël Noël Noël ] Passage à l'an 2000 ] Passage à l'an 2000 ] Passage à l'an 2000 ] Publications 1997-1998 ] Publications 1999 ] Publications 2000 ] Père de famille ] Placoteuse du village ] Question sur la tourbe ] [ Quétainement ] Ramancheurs ] Rigodon au plafond ] Tant que tu seras là ] Tarte aux pommes ] Temps des sucres ] Trails au Québec ] Trottinette et dix roues ] Truitonne joyeuse ]

Art de vivre au Québec

Introduction ] Boire et manger ] Chouchous, du coq à l'âne ] Courtepointe ] Coutumes et usages ] Médecine et santé ] Mots et parlures ] Plein air ] Saisons ] Savoir-faire ]


le mercredi 12 août 1998
le lundi 29 novembre 1999 - l2 vendredi 30 janvier 2015
constante mouvance de mes paysages intérieurs

 
mémoires enracinées dans le Québec du XIXe siècle, ramifiées dans le XXIe
 
20 ans de publications – 1 500 pages – 8 500 photos – 100 000 liens – Copyright © 1997-2017 – Tous droits réservés –  Revu le 2017-08-13
 

Publicité

Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent, au Québec

florelaurentienne.com