ACCUEILnichole@ouellette001.com

Dernière page éditée, dernière mise à jour

ouellette001.com

GALERIE D'ART ART DE VIVRE AU QUÉBECPAPIERS PEINTSRACINES ET SENTIERSREGARDS DES PETITES PERSONNESQUÉBEC EN PHOTOS

Nichole Ouellette
présente

Côte-Nord, les MRC

Le Golfe-du-St-Laurent
Caniapiscau
La Haute-Côte-Nord
Manicouagan
Minganie
Sept-Rivières

Québec en photos

Notes toponymiques

Flore laurentienne

Golfe Saint-Laurent
Insulaire maritime

Région hudsonienne

ouellette001.com

Accueil
Art de vivre au Québec
Info et services
Photos 1280 px et +
Québec en photos
Racines et sentiers
Regards d'enfants
Dernière page éditée

ouellette001.com

Québec en photos
Côte-Nord

Origines et significations

Minganie

À la fois la plus vaste (128 473 km²) et l'avant-dernière des moins peuplées, la municipalité régionale de comté de Minganie s'étend du Labrador jusqu'au milieu du détroit d'Honguedo dans le Saint-Laurent et comprend la Moyenne-Côte-Nord, l'arrière-pays de la Basse-Côte-Nord et l'île d'Anticosti.

Comme pour les autres MRC de la Côte-Nord, l'intérieur se perd dans les Laurentides boréales tandis qu'une plaine suit le littoral. L'arrière-pays de la Basse-Côte-Nord est quant à lui couvert par le plateau du Petit Mécatina, une région plus uniforme que les Laurentides boréales mais de composition identique.

L'archipel de Mingan et le littoral y attenant, fameux pour leurs figures d'érosion du calcaire, et l'île d'Anticosti, qui forme un petit monde en soi, demeurent les grandes particularités naturelles du pays minganois.

Établie en janvier 1982, la MRC de Minganie compte huit municipalités dont Havre-Saint-Pierre, la plus populeuse (50 % de la population totale), et deux territoires non organisés qui couvrent plus de 89 % de sa superficie. Principalement rurale mais non agricole, de langue maternelle française, avec une minorité de langue maternelle autochtone de près de 9 % concentrée dans les réserves indiennes de Mingan et de Natashquan, la population de la MRC est également jeune, car le nombre de personnes de moins de 25 ans y est de 25 % supérieur à la moyenne québécoise.

Les travailleurs du bâtiment, des transports, les mineurs, les pêcheurs et les trappeurs s'y trouvent aussi en plus grande proportion qu'au Québec en général. Une grande part de l'activité économique de la MRC tourne autour de la poissonnerie de Rivière-au-Tonnerre.

C'est le frère Marie-Victorin qui a créé le toponyme Minganie. Il l'utilise dès 1928 dans le titre d'un article, Deux épibiotes remarquables de la Minganie. Dans la Flore de l'Anticosti-Minganie (1944), l'auteur mentionne l'ensemble des îles de l'archipel de Mingan sous le nom de Minganie. Aujourd'hui, ce toponyme désigne une région beaucoup plus vaste.

Archipel de Mingan

Situées au nord de l'île d'Anticosti, les îles qui forment l'archipel de Mingan s'alignent sur 80 km, près de la terre ferme, de part et d'autre de Havre-Saint-Pierre sur la Côte-Nord. Elles forment l'ensemble d'îles le mieux défini de toute la Côte-Nord du Saint-Laurent, à l'est de Sept-Îles.

Le spécifique Mingan a presque toujours été employé par les cartographes et les voyageurs pour identifier l'archipel depuis le début du XVIIe siècle.

Dans le mot Mingan, dont la graphie n'a presque pas varié depuis l'origine, certains ont vu un dérivé, voire la francisation du mot algonquin mahingan signifiant loup ou du mot montagnais maikan ayant le sens de loup des bois. D'autres le considèrent d'origine bretonne.

Étant donné l'intérêt exceptionnel que représente l'archipel de Mingan pour sa géologie et sa géomorphologie, sa faune et sa flore, ainsi que pour son archéologie préhistorique et historique, le ministère des Affaires culturelles a fait de l'archipel, en 1978, un arrondissement naturel protégeant ainsi ses 47 îles, îlots, rochers, cayes et récifs.

Niapiskau

La dénomination Niapisca dont la première attestation remonte à 1790 est la moins ancienne des appellations montagnaises qui furent attribuées originellement à trois îles de l'archipel de Mingan. L'île Niapiskau, qui se trouve à l'est de l'île Quarry, est remarquable par ses échancrures du littoral et ses superbes monolithes calcaires.

On l'appela aussi la Grande île du Père-Firmin (1901) parce que Firmin Boudreau, un des fondateurs de la colonie de Havre-Saint-Pierre, à cette époque Pointe-aux-Esquimaux, y fauchait du foin et Île à Samuel (1943), en raison du fait que Samuel Doyle avait, lui aussi, fauché du foin, jadis, sur cette île.

Ces deux anthroponymes d'origine locale n'ont toutefois pas réussi à déloger le nom montagnais qui, selon le père Lemoine, signifie c'est une pointe de roches et d'après le père Arnaud, rochers noirs. Le nom montagnais de cette île est Askawsipanan Ministuk, l'île de l'attente aux canards.

Bibliographie :
  • Noms et lieux du Québec : si chaque lieu m'était conté (Cédérom multimédia). Commission de toponymie du Québec. Les Publications du Québec, Micro-Intel 1997.
  • Histoire de la paroisse Saint-François-Xavier de Batiscan 1684-1984, Éditions du Bien Public, 1984, 498 pages.

Minganie 1976
carnet de voyage

Havre-Saint-Pierre

coup de foudre
Havre-Saint-Pierre

les noms des avenues - rues - places - boulevards
nous séduisent
le dimanche 18 juillet 1976

Mer - Patrice Lebrun

le lendemain
rencontrons Patrice Lebrun sur le quai
il accepte de nous amener en mer

Archipel-de-Mingan
le mardi 20 juillet 1976

05:30 un jour radieux se lève
vent léger
mer calme
embarquons vers 08:00
sur sa chaloupe Patrice Lebrun
sa femme Hélène Turbie -  sa fille Marilyn - son fils Yvan
Guy Lapointe - nos fils Jean-Bruno et Jean-Frédéric - moi

naviguons à travers les îles
ancrons la chaloupe dans une échancrure
gagnons l'île en canot
à midi filets mignons de chevreuils d'Anticosti
rcueillons des bigorneaux à marée basse

Minganie, air, mer, terre, les 20 et 22 juillet 1976
Index ] [ Origines et significations ] ARCHIPEL-DE-MINGAN ] Aguanish ] Aguanish ] Baie-Johan-Beetz ] Mingan-Ekuanitshit - église ] Mingan-Ekuanitshit - église ] Mingan-Ekuanitshit - église ] Mingan-Ekuanitshit - église ] Havre-St-Pierre 1976 ] Havre-St-Pierre 1976 ] Havre-St-Pierre 1976 ] Havre-Saint-Pierre 1976 ] Havre-Saint-Pierre 1976 ] Havre-Saint-Pierre 1976 ] Havre-Saint-Pierre 2004 ] Havre-Saint-Pierre - base ] Havre-Saint-Pierre - port ] Havre-Saint-Pierre 2006 ] Havre-Saint-Pierre ] Longue-Pointe-de-Mingan ] Longue-Pointe-de-Mingan ] Natashquan ] Natashquan ] Rivière-au-Tonnerre ] Rivière-au-Tonnerre ] Rivière-au-Tonnerre ] Rivière Mingan ] Rivière Mingan ] Rivière Natashquan ] Rivière-Saint-Jean ] Route des Baleines ] Route des Baleines ] Île d'Anticosti (Notes) ] Baie au Caplan ] Baie Sainte-Claire ] Cerf de Virginie ] Gravier calcaire ] Le reef ] Observation - baleines ] Observation -  baleines ] Observation -  baleines ] Observation baleines ] Phare Pointe Carleton ]


le dimanche 23 février 2003 - le dimanche 17 février 2019
constante mouvance de mes paysages intérieurs

 
mémoires enracinées dans le Québec du XIXe siècle, ramifiées dans le XXIe
 
22 ans de publications – 1 500 pages – 8 500 photos – 100 000 liens – Copyright © 1997-2019 – Tous droits réservés – Revu le 2019-09-01
 

Publicité

Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent, au Québec

florelaurentienne.com