ACCUEILnichole@ouellette001.com

Dernière page éditée, dernière mise à jour

ouellette001.com

GALERIE D'ART ART DE VIVRE AU QUÉBECPAPIERS PEINTSRACINES ET SENTIERSREGARDS DES PETITES PERSONNESQUÉBEC EN PHOTOS


Mékinac, lac Brown novembre 1944, dépôt de la Consolidated Paper Corporation, photo PP0210LacBrown1944_950.

Nichole Ouellette

présente

Savoir faire

Acériculture, entaillage
Acériculture, sève à sirop
Acériculture, sirop d'érable
Acériculture, tire, beurre
A. Gravel, postillon rural
Artisan et shop à bois
Barrages et bûchage
Camp en bois rond
Cheminée de briques
Cuisine d'été
Cultivateur à St-Prosper
Déboisement de la planète
Drave, moulins, usines
De mères en filles
Dresseur de chevaux
Écorce de bouleau
J'aime ma corde à linge
Les Chanteurs du Manoir
Maison québécoise
Magasin général, 1897
Magasin général, 1907
Magasin général, de tout
Magasinier au lac Brown
Maïsiculteur
Monteurs, élagueurs
Rénovations 1994
Rénovations 1994
Salut à celui qui déneige
Sculpteur de citrouilles
Tenir feu et lieu
Trappage du lièvre
Trappeur - homme des bois
Tuques et mitaines

Québec en photos

Usine pâtes et papiers

Regards des petites personnes

ouellette001.com

Accueil
Art de vivre au Québec
Info et services
Photos 1280 px et +
Québec en photos
Racines et sentiers
Regards d'enfants
Dernière page éditée

ouellette001.com

Art de vivre au Québec
Savoir-faire Magasinier au dépôt du lac Brown

Dépôt du lac Brown en 1944
légende du papier peint de cette page

De gauche à droite, en haut sur la photo, sur la rive du lac, les bâtiments de la compagnie « Jean J. Crête limitée », les résidences de Jean Crête, Président, celle de son fils Jean-Paul, Directeur général, le bureau et l'entrepôt.

Plus à droite, dans la même construction, l'entrepôt et le bureau de la Consolidated Paper Corporation, plus loin, la maison privée de Maurice Lamontagne, le commis de district.

Les camions et les véhicules circulent dans une grande cour située au centre des bâtiments.

En bas de la photo se trouvent  trois camps dortoirs pour le personnel et un camp pour la cuisine et l'infirmerie.   Une grande cuisine dessert les membres du personnel résident des deux compagnies,  ainsi que les bûcherons et les draveurs de passage.  L'hôpital (infirmerie) se trouve sous le même toit que la cuisine.   Un infirmier réside en permanence au dépôt ; il prodigue les premiers soins et panse les blessures lors d'accidents.

Quand la maladie ou les blessures requièrent une chirurgie ou des soins spécialisés, une auto ou une ambulance conduit le malade à l'hôpital de Grand-Mère.

Magasin du lac Brown

Florent Lafontaine travaille de 1941 à 1952, comme magasinier au dépôt de la Consolidated Paper Corporation, au lac Brown. Il gagne de 75,00 à 125,00 dollars par mois, logé, nourri. Il raconte ce temps :

« Bien que la plupart des patrons au bureau chef parlaient les deux langues, toute la correspondance et les rapports se faisaient en anglais. »
-« Le magasin était ouvert à l'année, mais le gros du travail était aux mois de février et mars. Nous préparions le matériel nécessaire au fonctionnement des campements des draveurs ; le poêle de chantier, les outils, les denrées, les équipements, les ustensiles et la batterie de cuisine, les couvertures de laine. Les draveurs dormaient sous des tentes. »

-« Le matériel du campement de drave devait être sur place avant le dégel. Le premier envoi partait dans les snowmobiles qui se rendaient à une fourche de chemins impraticables pour eux. De cette fourche, des attelages de chevaux, appelés « bacagnoles », livraient l'équipement au campement de drave. »

Florent Lafontaine (1921-2003)

Photos collection Florent Lafontaine, à gauche, coffre-fort et bureau du dépôt de la compagnie, photo de droite, le comptoir grillagé pour servir les travailleurs, pour la paye, les cigarettes, le tabac, le chocolat et autres marchandises sèches, sur les étagères, les denrées alimentaires non périssables : bouteilles de ketchup, essence de vanille etc. Un homme de cour s'occupait de rentrer le bois pour la fournaise, V010310Lafontaine01 - 02.

Usines de pâte et papier

La compagnie Consolidated Paper Corporation engageait des draveurs pour faire descendre les billots des lacs, par les ruisseaux qui conduisent à la rivière Matawin, la rivière Saint-Maurice, jusqu'à leurs usines de pâtes et papier de Grand-Mère, Shawinigan et Trois-Rivières.

L'usine de Grand-Mère porte le nom de Laurentides, celle de Shawinigan, la Belgo et celle de Trois-Rivières, la Wyagamac.

À cette époque, les bureaux de la Consolidated Paper Corporation occupent tout un étage de la Sun Life building, à Montréal. Un dénommé Belnap occupe la présidence et François Faure, la vice-présidence.

La Consolidated Paper Corporation change de nom pour Consolidated Bathurst lorsqu'elle s'allie à la compagnie de papier de Bathurst au Nouveau Brunswick, dans les années 1970.

Pourquoi  ?

En 1925, Léo Pariseau, Président fondateur de l'ACFAS, expose, dans son discours d'inauguration, les idées dont il s'entretient souvent avec le frère Marie-Victorin, son ami :

« ...Nos mines, nos forêts, nos cours d'eau ne nous appartiennent pas.  Nous travaillons au pic, dans nos mines, pour d'autres ; nous bûchons dans nos forêts, pour d'autres ; nous pilotons, sur nos cours d'eau, les bateaux des autres. Pourquoi ?

Très peu de nos compatriotes ont vraiment réussi dans les grandes industries... Pourquoi ?

Parce que nous avons négligé, que dis-je, méprisé la culture scientifique... »

Extrait du discours prononcé par le Dr Léo Pariseau, à l'inauguration officielle de l' Association canadienne-française pour l'avancement des sciences « ACFAScfas », le 15 mai 1925, a été reproduit dans les  « Annales de l'Acfas, de 1937.

Source : Le frère Marie-Victorin et son temps, Rumilly Robert, p. 133. Les frères des Écoles chrétiennes, 1949.

Drave et moulins
Dépendant des hivers
Marie-Victorin

Savoir-faire

Acériculture, entaillage ] Acériculture, sève à sirop ] Acériculture, sirop d'érable ] Acériculture, tire, beurre ] A. Gravel, postillon rural ] Artisan et shop à bois ] Barrages et bûchage ] Camp en bois rond ] Cheminée de briques ] Cuisine d'été ] Cultivateur à St-Prosper ] Déboisement de la planète ] Drave, moulins, usines ] De mères en filles ] Dresseur de chevaux ] Écorce de bouleau ] J'aime ma corde à linge ] Les Chanteurs du Manoir ] Maison québécoise ] Magasin général, 1897 ] Magasin général, 1907 ] Magasin général, de tout ] [ Magasinier au lac Brown ] Maïsiculteur ] Monteurs, élagueurs ] Rénovations 1994 ] Rénovations 1994 ] Salut à celui qui déneige ] Sculpteur de citrouilles ] Tenir feu et lieu ] Trappage du lièvre ] Trappeur - homme des bois ] Tuques et mitaines ]

Art de vivre au Québec

Introduction ] Boire et manger ] Chouchous, du coq à l'âne ] Courtepointe ] Coutumes et usages ] Médecine et santé ] Mots et parlures ] Plein air ] Saisons ] Savoir-faire ]


le mercredi 3 février 1999 - le jeudi 20 janvier 2000
le lundi 5 mars 2001 - le jeudi 16 décembre 2010
le vendredi 16 août 2013 - le dimanche 23 février 2014
constante mouvance de mes paysages intérieurs

 
mémoires enracinées dans le Québec du XIXe siècle, ramifiées dans le XXIe
 
20 ans de publications – 1 500 pages – 8 500 photos – 100 000 liens – Copyright © 1997-2017 – Tous droits réservés –  Revu le 2017-08-13
 

Publicité

Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent, au Québec

florelaurentienne.com